Violences sexuelles : pour Philippe Candeloro, toutes les victimes n'ont pas encore parlé

·1 min de lecture

Deux ans après la sortie du livre de l'ancienne patineuse Sarah Abitbol , Un si long silence, dans lequel elle témoignait et faisait état des violences sexuelles subies par son ancien entraîneur, Gilles Beyer , qu'elle accusait de l'avoir violée entre ses 15 et 17 ans, la parole continue doucement de se libérer dans le le milieu sportif même si "beaucoup de jeunes filles n'osent pas encore parler", affirme Philippe Candeloro, invité de Culture Médias jeudi.

"Un coup de pied dans la fourmilière"

"Je pense que celui qui s'amusera encore à avoir ce genre d'attitude, il sera à moitié taré parce qu'aujourd'hui, tout le monde peut mettre facilement le doigt sur quelque chose qui n'est pas normal, donc, ça a mis un coup de pied dans la fourmilière, mais pas seulement dans le patinage, dans tous les sports", précise le patineur, vice-champion du monde en 1994.

>> Retrouvez Philippe Vandel et Culture-Médias tous les jours de 9h à 11h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

533 cas de violences sexuelles étaient en cours de traitement par le ministère des Sports en septembre dernier, avait déclaré Roxana Maracineanu chez nos confrères de Franceinfo . "Tout signalement et témoignage fait aujourd'hui l'objet d'une procédure. 100% des signalements sont traités, ce qui n'était largement pas le cas avant. Nous avons aujourd'hui 533 affaires, situations problématiques, pour 584 agresseurs potentiels", avait-elle précisé.

Le leitmotiv de Roxana Maracineanu

Dénoncer les violenc...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles