Violences sexuelles dans l’Église : l’enquête visant le cardinal Ricard classée pour prescription

Il n’y aura pas de poursuites en France pour le cardinal Jean-Pierre Ricard. Alors que l’ancien archevêque de Bordeaux avait reconnu des comportements « répréhensibles » avec une adolescente dans une lettre à la hiérarchie catholique il y a 35 ans, l’enquête de la justice française pour « agression sexuelle aggravée » a été classée sans suite en raison de la prescription des faits, rapporte l’AFP. Les révélations du cardinal aujourd’hui âgé de 78 ans avaient provoqué un séisme dans l’Église de France déjà secouée par plusieurs affaires d’abus sexuels sur mineurs.

« La procédure a été classée pour cause de prescription », a confirmé la procureure de la République de Marseille, Dominique Laurens. À la retraite depuis 2019 dans un presbytère des Alpes-de-Haute-Provence (Sud-Est), Mgr Ricard avait été placé en garde à vue le 2 février par les gendarmes de la section de recherches de Marseille. En garde à vue, il avait reconnu les faits, niant tout « rapport sexuel », mais avoir « embrassé » la jeune fille, qui était « dans son souvenir âgée de 13 ans, l’avoir enlacée et caressée par-dessus les vêtements ».

À lire aussi Abus sexuels dans l’Église catholique : la victime du cardinal Ricard témoigne

Des fais qui ont duré trois ans

Il avait aussi « demandé pardon » lors de son interrogatoire, alors confronté à sa victime. L’ex-archevêque de Bordeaux (2001 à 2019), président de la Conférence des évêques de France (2001 à 2007), nommé cardinal en 2006 par Benoit XVI, avai...


Lire la suite sur LeJDD