Violences sexistes : des manifestants par dizaines de milliers contre l'«impunité» des agresseurs

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté samedi dans toute la France pour dénoncer les dysfonctionnements de la justice en matière de lutte contre les violences sexistes et sexuelles et notamment réclamer une "loi cadre" contre l'"impunité" des agresseurs. Cinq ans après l'émergence du mouvement #MeToo, près de 90 associations, syndicats ou partis de gauche ont appelé à un "raz-de-marée dans la rue pour crier notre colère".

80.000 personnes dans le cortège à Paris, selon les organisatrices

À Paris, la manifestation partie vers 14h30 de la place de la République et dont les derniers participants arrivaient place de la Nation vers 17h30, a rassemblé 80.000 personnes selon les organisatrices et seulement 18.500 selon la police. "Nous sommes fortes, nous sommes fières et féministes et radicales et en colère", scandaient des manifestantes, tandis que d'autres criaient "MeToo partout, justice nulle part".

>> LIRE AUSSIManifestation contre les violences sexuelles : malgré l'affaire Quatennens, LFI y est

Sur des pancartes, uniformément violettes, la couleur emblématique du rassemblement, on pouvait lire notamment "mâle dominant, pour qui tu te prends?", "stop à la culture du viol" ou encore "croire les victimes sauve des vies". "Ce qui nous met en colère, c'est l'impunité des agresseurs et le mauvais traitement réservé aux victimes" lorsqu'elles déposent plainte, a expliqué à l'AFP Maëlle Noir, membre de #NousToutes qui coordonne l'organisation des défilés.

"Rend...


Lire la suite sur Europe1