Violences policières: qu'est-ce que la "technique de l'étranglement" interdite par Castaner?

Paul Guyonnet

VIOLENCES POLICIÈRES - “La police française, ce n’est pas la police américaine...” Ce lundi 8 juin, alors que la question des violences policières s’est imposée comme une problématique mondiale ces derniers jours, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner prononçait un discours pour annoncer des mesures concernant les forces de l’ordre en France, leurs pratiques et leur formation. 

Et si le locataire de la place Beauvau explique que la police française n’est pas comparable à celle des États-Unis, il a pourtant fait une annonce qui rappellera immanquablement le contexte américain. Ainsi, deux semaines après la mort de George Floyd, étouffé par la pression du genou d’un policier sur son cou, le ministre de l’Intérieur a expliqué que la méthode controversée de “l’étranglement” allait être interdite. 

Car de notre côté de l’Atlantique aussi, la police et la gendarmerie pouvaient jusqu’à présent avoir recours à la strangulation durant des interpellations. 

De nombreux précédents

Et Christophe Castaner en a d’ailleurs évoqué l’une des dernières tragiques occurrences, en abordant le cas de la mort de Cédric Chouviat. Début janvier, ce livreur de 42 ans avait subi une clé d’étranglement de la part d’un des fonctionnaires qui le contrôlait alors qu’il circulait à scooter. Une scène filmée et dont les images avaient été diffusées par Mediapart, provoquant une vague de colère après plusieurs drames similaires et liés à cette méthode controversée (comme ici, ici ou ). 

Et le ministre de conclure, annonçant l’interdiction de la technique: “Personne ne doit risquer sa vie durant une interpellation.” Dans le détail, Christophe Castaner a précisé que cette “méthode de prise par le cou sera abandonnée et ne sera plus enseignée dans les écoles de police et de gendarmerie”, et que si un membre des forces de l’ordre doit maintenir un interpellé au sol, “il sera désormais interdit de s’appuyer sur sa nuque ou son cou”.

En clair, le ministre de l’Intérieur n’interdit pas le très...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post