Violences policières : pourquoi Emmanuel Macron se mure dans le silence

Si en France, les manifestations contre le racisme et les violences policières sont de plus en plus nombreuses, le président ne parle pas. Les protestations aux Etats-Unis suite à la mort de George Floyd, puis le rassemblement de plus de 20 000 personnes à Paris pour demander justice pour la mort d'Adama Traoré, ont pourtant amené le sujet à être évoqué dans les médias. Emmanuel Macron, lui, n'a pas décidé de prendre la parole. Le 5 juin, l'Elysée déclarait : "On ne peut pas attendre du président qu’il réagisse sur tout", rapporte un article du Monde.

Faisant référence aux différents événements prévus dans le week-end et interdits par la préfecture de police de Paris, l'entourage du président expliquait : "Le président a toujours eu une attention pour la jeunesse, mais la surveillance des manifestations est de la responsabilité du ministère de l’intérieur." "Le silence n’est pas assourdissant, il y a des ministres qui s’expriment." C'est d'ailleurs ces derniers que le chef d'Etat a urgé d'agir, selon le journal. Edouard Philippe s'est vu chargé de faire des "propositions pour répondre aux revendications exprimées", tandis que Julien Denormandie, ministre chargé de la ville et du logement, et Christophe Castaner, ministre de l'intérieur, ont aussi été appelés par Emmanuel Macron. L'attitude présidentielle n'a toutefois pas manqué de soulever bon nombre de critiques, explique le quotidien.

Violences policières : les célébrités s'engagent

Ces derniers jours, les célébrités françaises

Retrouvez cet article sur GALA

Rachida Dati pas tendre avec Edouard Philippe : "La droite lui a tout donné"
Jean-Pierre Pernaut : pourquoi son retour au 13h sera de courte durée
VIDEO - Yannick Noah raconte son 60e anniversaire confiné avec son vin préféré : "un régal"
VIDEO - Pourquoi le prince Charles n’abdiquera jamais en faveur de son fils William
Diana pas faite pour la vie de princesse : Sarah Ferguson a joué un rôle déterminant