Violences policières : Emmanuel Macron veut une réaction de son gouvernement

Emmanuel Macron et Edouard Philippe se sont entretenus, dimanche 7 juin. Le chef de l’État veut des réponses aux accusations de violences policières et vite. Christophe Castaner est en première ligne. Il y a six mois déjà, Emmanuel Macron lui réclamait des propositions. A l’époque les images de certains "gilets jaunes" violentés par des policiers ou encore la mort par asphyxie d’un chauffeur livreur lors de son interpellation avait suscité la polémique. Mort de George Floyd Aujourd’hui, avec les manifestations initiées par les proches d’Adama Traoré à la suite de la mort de George Floyd aux Etats-Unis, les violences policières redeviennent une priorité pour Emmanuel Macron. L’opposition s’est emparée du sujet. "Des violences policières en France c’est un mensonge, cela n’existe pas", indiquait le patron des Républicains, Christian Jacob. Quant à Jean-Luc Mélenchon de La France insoumise et à Jordan Bardella, du Rassemblement national, ils appellent le gouvernement à prendre position au plus vite.