Dix policiers blessés en Martinique, des journalistes visés par des tirs

·1 min de lecture

Forces de l'ordre et journalistes ont été ciblés par des tirs dans la nuit de jeudi à vendredi en Martinique, les violences faisant dix blessés parmi les policiers, suscitant la vive réaction du gouvernement alors que la crise se poursuit aussi en Guadeloupe. Une dizaine d'interpellations ont eu lieu, selon le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. "Dans la nuit, un gradé de la gendarmerie qui intervenait avec ses collègues sur un cambriolage a été violemment heurté par le véhicule des pilleurs. Il est grièvement blessé et est opéré ce jour", a également indiqué le parquet de Fort-de-France.

>> LIRE AUSSI«On a essuyé plus de trente coups de feu» : un policier raconte les violences en Martinique

Parmi les dix policiers blessés, cinq l'ont été par balles et cinq par d'autres projectiles. Quatre journalistes français, dont un photographe de l'AFP, ont essuyé des tirs de la part d'hommes circulant en moto dans une rue déserte de Fort-de-France, au moment où ils étaient en train de filmer et de prendre des photos à bonne distance d'un barrage en feu. Enfin les premières enquêtes ouvertes suite aux faits de la nuit ont abouti à la présentation de trois suspects au parquet de Fort-de-France en comparution immédiate.

Jean Castex condamne des "actes d'une extrême gravité"

"Ces actes d'une extrême gravité appellent une condamnation unanime et sans aucune ambiguïté", a réagi dans la matinée le Premier ministre  : "La République ne tolérera jamais qu'on attaque les citoyens qu...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles