Violences sur un manifestant à terre: Christophe Castaner qualifie ces images de "choquantes"

1 / 2

Violences sur un manifestant à terre: Christophe Castaner qualifie ces images de "choquantes"

Christophe Castaner attend des explications, mais refuse de jeter l'opprobre sur la police. Deux jours après qu'un manifestant a été maîtrisé puis frappé au sol par les forces de l'ordre en marge d'une manifestation de gilets jaunes à Paris, le ministre de l'Intérieur a évoqué des "images choquantes". 

En déplacement à Rennes, ce dernier a également affirmé que le préfet de police à "immédiatement saisi ses services pour les comprendre, trouver une explication". "A l’heure qu’il est, je n’en vois aucune" a-t-il précisé. 

"L'IGPN a été saisie dans le cadre d’une demande du procureur et il faut que la vérité soit faite sur cet acte et que nous le comprenions. S’il y a une faute, elle sera sanctionnée", a assuré le locataire de la place Beauvau.

"Il peut il y avoir des fautes"

Pour autant, Christophe Castaner a tenu a montrer son soutien aux forces de police.

"J’ai toujours rappelé qu’il n’y avait pas de combat entre deux bandes, et que les seuls qui sont légitimes à utiliser la force, ce sont les forces de l’ordre, mais elles doivent le faire avec rigueur, avec proportionnalité, et c’est ce qu’elles font au quotidien", a-t-il encore expliqué. 

"Ensuite, il peut il y avoir des fautes, elles doivent faire l’objet d’enquêtes et non pas de procès médiatiques, de procès politiques, et s’il y a faute établie, il faut qu’il y ait des sanctions. Je n’ai jamais dévié sur cela, je le maintiens, et je sais...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi