Violences gynécologiques : qu'a-t-on le droit de refuser chez le gynéco ?

Aux mois de mai et juin 2022, le Dr. Chrysoula Zacharopoulou (qui est secrétaire d'État auprès de la ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, mais aussi gynécologue de profession) a fait l'objet de 3 plaintes déposées par d'ex-patientes : 2 d'entre elles accusent la chirurgienne-gynécologue de viol.

L' "affaire Chrysoula Zacharopoulou" a fait beaucoup de bruit, à tel point qu'une enquête a été ouverte fin mai 2022 par le parquet de Paris afin de "déterminer si les faits sont susceptibles de tomber sous le coup d'une qualification pénale". Et relancé la question des violences gynécologiques qui embarrasse la profession...

Violences gynécologiques : de quoi parle-t-on exactement ?

Depuis 2014 et sous le hashtag #PayeTonUtérus, les témoignages de patientes s'accumulent sur les réseaux sociaux : les femmes décrivent des examens brutaux (réalisés parfois sans consentement préalable), l'utilisation sans prévenir d'instruments médicaux (spéculum, sonde d'échographie...), des remarques sexistes et/ou gênantes ("humour" salace, jugements sur le poids et/ou sur l'âge...), une non-prise en compte de la douleur...

Dans un rapport publié en juin 2018, le Haut Conseil à l'Égalité entre les Femmes et les Hommes (HCE) identifie "6 types d'actes sexistes durant le suivi gynécologique et obstétrical, dont certains relèvent des violences" : la non-prise en compte de la gêne de la patiente, les propos porteurs de jugements sur la sexualité, la tenue, (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Cancer du côlon : quel est ce nouveau traitement qui fait régresser les tumeurs de 95% ?
CHIFFRES COVID FRANCE. Ce mardi 13 septembre 2022 : cas, les infos du jour en direct
Symptômes Covid (septembre 2022) BA.5 : durée, incubation, liste
Après avoir pris un sirop contre la toux, une vingtaine d'enfants décèdent en Gambie
Un test sanguin pourrait détecter 50 types de cancers, avant même que les symptômes n’apparaissent