Violences en Guadeloupe : des armes volées dans un dépôt de Pointe-à-Pitre

·1 min de lecture

Les Guadeloupéens ne relâchent pas la pression. Face aux contraintes sanitaires décidées par le gouvernement, dont l'obligation vaccinale pour les soignants, des émeutes éclatent un peu partout sur l'île, et notamment à Pointe-à-Pitre, la sous-préfecture, après cinq jours de grève générale. Dans la soirée de vendredi à samedi, des cambriolages vraisemblablement préparés avec précision se sont ainsi déroulés sur tout le territoire pour la seconde nuit consécutive.

Samedi, les ministres de l'Intérieur Gérald Darmanin et des Outre-mer Sébastien Lecornu se sont entretenus pour trouver une solution. En plus des 200 policiers et gendarmes annoncés, une cinquantaine d'agents du GIGN et du Raid vont arriver sous peu sur l'île des Caraïbes pour prêter main forte aux forces de l'ordre. Un couvre-feu de 18 heures à 5 heures a également été instauré. Europe 1 est sur place.

>> Réécoutez Europe soir week-end en podcast ou en replay ici

 

La même armurerie dévalisée en 2009

Dans la nuit, des distributeurs automatiques de billets ont été arrachés à l'aide de tractopelles volées précédemment sur le chantier de construction du futur CHU. Des volets métalliques de magasin ont été découpés à la disqueuse et à la meuleuse. Mais le vol qui fait plus parler est celui, certainement bien planifié, d'armes de calibre 22 long rifle dans un dépôt d'armes et de munitions de l'agglomération.

Le procureur de la République de Pointe-à-Pitre, Patrick Desjardins, ne précise pas combien de ces armes ont é...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles