Violences sur un gendarme, péage dégradé : deux «gilets jaunes» condamnés à de la prison ferme

V.F.
Le péage de Virsac (Gironde) sur l’A10 avait été mis à sac et incendié dans la nuit du 19 au 20 novembre

Ces deux condamnations interviennent après des arrestations sur des lieux de contestation des Gilets jaunes, sur des péages en Savoie et Gironde.


Les tribunaux continuent de juger les personnes impliquées dans les récentes violences enregistrées en marge des manifestations des Gilets jaunes. En Savoie, un jeune de 22 ans a écopé d’un mois de prison ferme alors qu’en Gironde, un homme de 29 ans, a été condamné à un an de prison ferme pour des vols et saccages.

Le tribunal correctionnel d’Albertville (Savoie) a ainsi condamné jeudi soir un Gilet jaune qui avait donné vendredi dernier un coup de poing dans le ventre d’un gendarme au péage de Sainte Hélène sur Isère rapporte France Bleu Pays de Savoie.

L’altercation s’est produite au moment où les Gilets jaunes tentaient de détruire avec une disqueuse le cadenas du portail du local de service de l’autoroute.

Le tribunal correctionnel de Bordeaux (Gironde) a de son côté condamné jeudi un homme de 29 ans à un an de prison ferme pour des vols en réunion et par effraction lors d’une nuit de dégradations au péage de Virsac (Gironde), haut lieu de la contestation des Gilets jaunes en Nouvelle-Aquitaine rapporte Sud Ouest.


Deux autres prévenus ont reçu des peines de six mois de prison avec sursis, conformes aux réquisitions, et d’une amende de 1 000 euros.

Dans la nuit du 19 au 20 novembre, les trois mis en cause avaient brisé une fenêtre pour entrer dans un bâtiment administratif de Vinci Autoroute alors que, non loin, la barrière de péage sur l’A10 était mise à sac et incendiée. Profitant du chaos et de l’absence des forces de l’ordre, ils avaient notamment volé des vêtements du personnel de Vinci, des outils et un coffre-fort contenant des clés de (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Gilets jaunes : un dispositif policier hors norme pour la «bataille de Paris»
Gilets jaunes : «On peut comprendre le désarroi mais pas la haine», souligne un CRS
Ce Gilet jaune a porté secours à un CRS au pied de l’Arc de Triomphe : «J’ai fait un truc normal»
Affaire Daval : les nouveaux éléments qui ont poussé Jonathann aux aveux
Gilets jaunes : des arrestations préventives en nombre vendredi