Les violences faites aux femmes commencent dès l'école

Parmi les femmes victimes de violences, 61% d'entre elles ont subi ces violences au sein des établissements scolaires. C'est le constat qui ressort d'une étude réalisée par l'association " Paroles de Femmes " et l'Ifop, à l'occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Publiée aujourd'hui dans le " Journal du dimanche ", cette enquête montre que les femmes sont concernées de plus en plus tôt. En effet, l'àge moyen des victimes se situerait entre 14 et 15 ans. Selon l'association, 45% des victimes d'insultes, de harcèlement, d'acte violent ou d'agression sexuelle ont subi ces violences entre 15 et 20 ans et 38% entre 10 et 15 ans. " La violence faite aux femmes commence dès le plus jeune àge, à l'école primaire, s'accroît au collège et continue lors de leurs études supérieures. Cette violence accompagne ces jeunes femmes tout au long de leur vie qu'elles soient victimes ou simples témoins ", s'alarme " Paroles de femmes ".La prévention comme solutionAfin d'endiguer ce phénomène, la présidente de " Paroles de femmes ", Olivia Cattan, interpelle Najat Vallaud-Belkacem et Vincent Peillon. Dans un communiqué, elle réclame la mise en place d'un " programme de prévention d'envergure dans tous les établissements scolaires dès la primaire ". Olivia Cattan recommande également " l'intervention trimestrielle d'une psychologue scolaire " et " davantage de sanctions disciplinaires concernant toutes les violences sexistes au sein des établissements scolaires ". En réponse, la ministre des Droits des femmes a annoncé dans les colonnes du " JDD " l'expérimentation de programmes d'apprentissage de l'égalité dès la maternelle et jusqu'à la fin de la primaire. Cette initiative, baptisée " ABCD de l'égalité " sera d'abord testée dans cinq (...) Lire la suite sur elle.fr

Journée contre la violence à l'égard des femmes : comment se mobiliser ?
L'ONU appelle à lutter contre la violence envers les femmes
[VIDEO] La violence envers les femmes : " une question toujours pas réglée "
Harcèlement sexuel : le point avec Najat Vallaud-Belkacem et Christiane Taubira

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.