Violences faites aux femmes: Christiane Taubira esquisse son plan de lutte

·2 min de lecture
Christiane Taubira lors de sa visite des locaux de l'association Resonantes à Nantes (Loire-Atlantique) le 10 janvier 2021. - Loïc Venance
Christiane Taubira lors de sa visite des locaux de l'association Resonantes à Nantes (Loire-Atlantique) le 10 janvier 2021. - Loïc Venance

L'ancienne Garde des Sceaux Christiane Taubira, potentielle candidate à l'Elysée, a fait part lundi à Nantes de sa volonté d'"intensifier" la lutte contre les violences sexistes et sexuelles, qu'elle juge aujourd'hui "insuffisante" face au "gâchis humain".

"L'urgence est d'empêcher que des femmes se fassent tuer (...) Les chiffres appellent au sursaut", a-t-elle affirmé lors d'une visite dans les locaux de l'association de lutte contre les violences faites aux femmes Resonantes, rappelant que quatre féminicides ont été recensés depuis le 1er janvier.

102 féminicides en 2020

Selon le dernier bilan du ministère de l'Intérieur, 102 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint en 2020. Elles étaient 146 en 2019.

"C'est un sujet sur lequel le niveau d'exigence doit être maximal. Les réponses à ce jour sont insuffisantes", a martelé l'ancienne ministre, évoquant un "gâchis humain".

À Nantes, elle a assuré vouloir consacrer "un milliard d'euros" à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles, montant préconisé par le Haut conseil à l'Egalité entre les femmes et les hommes.

La candidate veut plus de places d'hébergement

Parmi les mesures évoquée par Christiane Taubira figurent notamment l'augmentation des places d'hébergement dédiées aux femmes vulnérables, l'accompagnement des enfants victimes de violences et la mise en place d'interventions de sensibilisation au sein des établissements scolaires.

"Je suis favorable à un enseignement sur les violences sexistes et sexuelles dès l'école élémentaire, qui donnerait notamment des repères aux enfants s'ils sont victimes ou témoins", a-t-elle expliqué lors d'un échange de deux heures avec la fondatrice et directrice de Resonantes, Diariata N'Diaye.

Outre les opérations de sensibilisation qu'elle mène depuis 2015 auprès des 15-24 ans, l'association est à l'origine d'App-Elle, une application permettant d'alerter des proches en cas de menace ou de composer rapidement un numéro d'urgence. Une initiative "salutaire" selon Christiane Taubira, qui a exprimé le souhait de "dupliquer" les actions de Resonantes sur l'ensemble du territoire.

Christiane Taubira, qui "envisage" de se présenter à l'élection présidentielle, a annoncé dimanche qu'elle se soumettrait au résultat de la "primaire populaire" fin janvier, à savoir un vote de plus de 300.000 inscrits pour désigner leur candidat.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles