Violences en Essonne : 34 interpellations, les élus appellent au calme

Florian Loisy (@florianloisy sur twitter)
A Corbeil-Essonnes, la Nationale 7 a été fermée à la circulation durant une heure, au moment où la manifestation a dégénéré en violences urbaines. Des projectiles que l’on peut voir jonchant le sol, ont été jetés sur les policiers

Plusieurs manifestations ont été tendues ce jeudi, notamment à Evry et Corbeil. 34 interpellations ont été réalisées dans le département, dont 4 à Corbeil où deux policiers ont été légèrement blessés par des projectiles.


Manifestations de lycéens devant plusieurs établissements ce jeudi dans le département. Environ 350 personnes se sont réunies devant le lycée Tesla de Dourdan. Des mouvements ont aussi eu lieu au lycée Doisneau de Corbeil-Essonnes, Auguste-Perret à Evry, Brassens à Courcouronnes, Clément-Ader à Athis-Mons. 34 interpellations ont eu lieu dans l’Essonne. Et deux policiers ont été légèrement blessés à Corbeil, à cause des jets de pierres et de mortiers d’artifice. Durant une heure la Nationale 7 a été fermée à la circulation. Car plusieurs centaines de manifestants, rejoints par quelques habitants des Tarterêts, causaient d’importants troubles sur la voie publique.

Le préfet et les élus lancent un appel au calme

Ils appellent « au calme et au dialogue ». Plus de 80 élus de l’Essonne - dont François Durovray, le président (LR) du conseil départemental et Jean Hartz, le président (SE) de l’union des Maires - ainsi que le préfet, s’inquiètent « des actes de violence aux conséquences particulièrement graves » qui ont touché le département. Notamment les nombreuses manifestations survenues devant les lycées en lien avec le mouvement des Gilets jaunes.

« Aucune revendication, aussi légitime soit-elle, ne peut justifier les violences ou les atteintes aux institutions et aux symboles qui nous rassemblent et garantissent notre vie démocratique, estiment les signataires. Le respect des libertés fondamentales, dont le droit de manifester, doit s’accompagner du respect des forces de l’ordre qui sont mobilisées depuis plusieurs semaines. »




Retrouvez cet article sur LeParisien.fr

Les avocats bloquent le tribunal d’Evry pour protester contre la réforme de la justice
A Étampes, quelques Gilets jaunes viennent à la rescousse des lycéens
Brétigny-sur-Orge : un lycéen accusé de violences relaxé
Essonne : Comment le Téléthon a fait d’Evry la capitale de la recherche
Essonne : poignardé en pleine rue, il se fait soigner dans une pharmacie