Violences envers les policiers : vers une peine de sûreté de 30 ans

·2 min de lecture
Des milliers de fonctionnaires de police se sont rassemblés, face à l'Assemblée nationale ce mercredi, en hommage à Éric Masson, policier tué à Avignon lors d'un contrôle.

Ce mercredi, le gouvernement a déposé un amendement prévoyant de durcir les peines pour les agresseurs des forces de l'ordre condamnés à la perpétuité.

L'exécutif durcit le ton contre les violences envers les forces de l'ordre. Alors que des milliers de policiers se sont rassemblés devant l'Assemblée nationale ce mercredi 19 mai, le gouvernement a dégainé un amendement prévoyant de porter à trente ans la peine de sûreté pour les personnes condamnées à la perpétuité pour un crime commis contre un policier ou un gendarme. Cet amendement devrait être voté dans la semaine, dans le cadre de l'examen au Palais-Bourbon du projet de loi pour la « confiance » dans la justice d'Éric Dupond-Moretti. Il traduit l'une des annonces faites par le Premier ministre Jean Castex, le 10 mai, d'un durcissement des peines pour les agresseurs de forces de l'ordre, après le meurtre du brigadier Éric Masson à Avignon.

Des milliers de policiers, mais aussi Gérald Darmanin et des politiques de tous bords, sont attendus aux abords de l'Assemblée à la mi-journée. « Il n'y a aucun doute sur le soutien que je vous porte », a fait savoir le ministre de l'Intérieur aux forces de l'ordre en début d'après-midi. De son côté, Xavier Bertrand a estimé que le durcissement de la loi contre les actes de violence envers les forces de l'ordre relevait de « l'urgence ». « La justice doit juger plus vite et beaucoup plus fort », a fait savoir le président des Hauts-de-France et candidat à l'élection présidentielle, présent au rassemblement parisien. Cette manifestation intervient deux semaines jour pour jour après ce drame qui a ébranlé la police, de [...] Lire la suite

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles