Violences contre les policiers : "Pas de lien entre trafiquants et terrorisme islamiste", pour Nuñez

·1 min de lecture

Dix jours après la mort d'une agente administrative tuée au commissariat de Rambouillet par un Tunisien qui se serait radicalisé, celle d'Eric Masson, un policier de 36 ans, sur un point de deal, a déclenché une vague "d'écœurement" chez les policiers. Invité d'Europe Matin mardi, Laurent Nuñez, coordinateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme, a estimé que de manière globale en France, un lien ne pouvait pas être établi entre trafic de drogue et terrorisme.

>> Retrouvez l'interview politique tous les matins à 8h15 sur Europe 1 ainsi qu'en replay et en podcast ici

"Pas de profils hybrides"

"Il n'y a pas de lien entre les trafiquants de drogue et le terrorisme islamiste. Ce lien là n'existe pas, a-t-il assuré. Il n'y a pas de profils hybrides, c'est-à-dire des individus qui pourraient financer des actions terroristes avec des actions de délinquance de droit commun comme du trafic de stupéfiants. En réalité, ça n'existe pas", a jugé le haut fonctionnaire. 

LIRE AUSSI - Un tag menace la police à Lyon après le meurtre d'Avignon

Pour lui, cela a pu exister dans d'autres pays - ou en France par le passé -, mais ce n'est plus le cas à l'heure actuelle. "Avant, on avait des groupuscules terroristes d'ultra-gauche qui finançaient leurs actions par des braquages. Et nous sommes très attentifs au fait que les choses ne dégénèrent pas en ce sens. Mais ça n'empêche pas qu'il y ait certains profils qui puissent passer de l'un à l'autre", a poursuivi La...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles