Publicité

Violences contre les élus locaux : un texte durcissant les sanctions définitivement adopté

Le Parlement a définitivement adopté un texte visant à mieux protéger les élus locaux confrontés à des violences, après un ultime vote du Sénat, comme l'explique RMC. Cette proposition de loi transpartisane a reçu un soutien unanime des sénateurs, mettant fin à un processus législatif marqué par un consensus similaire à l'Assemblée nationale, malgré l'abstention des Insoumis.

La ministre des Collectivités territoriales, Dominique Faure, a souligné que les élus font face quotidiennement à une violence croissante dans la société, et que ce sentiment d'impunité ne fait qu'accentuer leur épuisement. Elle s'est félicitée de l'adoption de ce texte, affirmant qu'il s'agit d'une réponse au renoncement et au désabusement des élus.

À lire aussi [Exclusif] Un bouclier renforcé pour la protection des élus locaux

La généralisation de la « protection fonctionnelle »


L'examen de ce texte a été motivé par plusieurs incidents marquants, tels que l'incendie volontaire du domicile du maire de Saint-Brévin-les-Pins et l'attaque à la voiture-bélier du domicile du maire de L'Haÿ-les-Roses, qui ont marqué les esprits l'an dernier.


Une des mesures principales du texte est l'alignement des sanctions pour les violences contre les élus locaux sur celles prévues pour les violences contre les dépositaires de l'autorité publique, comme les policiers. Le texte introduit également une peine de travail d'intérêt général en cas d'injures publiques, d'outrages, et de diffamation à l'encontre de...


Lire la suite sur LeJDD