Violences conjugales : près d’une centaine de policiers écartés du public en un an

France, Paris, 2022-07-16. Photograph by Xose Bouzas / Hans Lucas. Demonstration against the Russian military invasion of Ukraine and in support of the Ukrainian people at the Beaumarchais Boulevard in Paris. Illustration of a national police truck with the logo with the French tricolor flag and the message police.
France, Paris, 2022-07-16. Photographie par Xose Bouzas / Hans Lucas. Manifestation contre l invasion militaire russe en Ukraine et en soutien au peuple ukrainien au Boulevard Beaumarchais a Paris.
Xose Bouzas / Xose Bouzas / Hans Lucas via Reu France, Paris, 2022-07-16. Photograph by Xose Bouzas / Hans Lucas. Demonstration against the Russian military invasion of Ukraine and in support of the Ukrainian people at the Beaumarchais Boulevard in Paris. Illustration of a national police truck with the logo with the French tricolor flag and the message police. France, Paris, 2022-07-16. Photographie par Xose Bouzas / Hans Lucas. Manifestation contre l invasion militaire russe en Ukraine et en soutien au peuple ukrainien au Boulevard Beaumarchais a Paris.

Xose Bouzas / Xose Bouzas / Hans Lucas via Reu

Un logo de la police française sur un fourgon, le 17 juillet 2022 à Paris (image d’illustration)

POLICE - C’est une directive qui découle du féminicide de Chahinez Daoud. En mai 2021, à Mérignac (Gironde), cette mère de famille de trois enfants avait été brûlée vive par son mari. Un meurtre qui avait révélé un certain nombre de défaillances, et notamment que le policier qui avait enregistré la plainte de la victime venait lui-même d’être condamné pour violences conjugales. Il avait écopé de huit mois de prison avec sursis et d’une non-inscription au casier judiciaire B2

Cette information, dévoilée en juillet 2021 et qui a suscité un tollé, a donné lieu à une instruction de la part du ministre de l’Intérieur. Gérald Darmanin a ainsi demandé qu’en attente d’une décision du conseil de discipline, les policiers et gendarmes condamnés définitivement pour violences intrafamiliales soient immédiatement écartés du contact avec le public.

Résultat, selon un bilan dévoilé par franceinfo et confirmé par le ministère auprès du HuffPost, ce sont 92 policiers, dont 51 exerçant à la préfecture de police de Paris, et 66 gendarmes qui ont été « écartés » en un an. « Certains ont déjà été exclus et d’autres font encore l’objet d’une enquête administrative à l’issue de laquelle pourront être prises des sanctions », ajoute le ministère auprès de nos confrères.

Dans une interview au Parisien en août 2021, Gérald Darmanin avait estimé à « une vingtaine par an sur 250 000 » le nombre de policiers et gendarmes condamnés pour faits graves et continuant d’exercer dans l’attente d’un conseil de discipline. « Il est évident que lorsqu’une condamnation est définitive – et j’insiste sur ce point —, ils ne doivent plus être en contact avec le public dans l’attente d’une décision du conseil de discipline. Elle intervient généralement sous un à deux ans », avait-il ajouté.

À voir également sur Le HuffPost :

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi