Violences conjugales : pourquoi En marche va voter une loi des Républicains

La majorité au pied du mur. Alors qu'un Grenelle des violences conjugales, lancé par la secrétaire d'Etat chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, est en cours jusqu'au 25 novembre ; voilà que le sujet s'invite plus tôt que prévu dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale. Jeudi sera examinée une proposition de loi d'Aurélien Pradié, député Les Républicains (LR)... Qui devrait être votée par le groupe La République en marche. Guillaume Vuilletet, député LREM du Val-d'Oise et responsable du texte pour la majorité, explique au JDD cette drôle de situation.

Lire aussi l'interview d'Aurélien Pradié : "Le Grenelle des violences conjugales ne sert à rien"

Votre groupe devrait voter la proposition de loi sur les violences conjugales… venue d'un député Les Républicains. Pourquoi? 
Depuis longtemps, nous travaillons sur l'idée principale de cette proposition : le bracelet anti-rapprochement pour les conjoints violents. La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, s'est engagée à ce qu'il soit opérationnel début 2020, et à débloquer les 5 milliards d'euros nécessaires. Dès le mois de juillet, ma collègue Fiona Lazaar [députée LREM du Val-d'Oise, NDLR] et moi-même déposions une proposition de loi contenant cette disposition.

"

Les Républicains ont saisi l'occasion dans une petite logique opportuniste

"

Pourquoi alors ne pas attendre que votre proposition soit examinée?
Nous sommes dans une situation d'urgence vitale. Entre l'examen en commission de la proposit...


Lire la suite sur LeJDD