Violences conjugales : l’entraîneur Alain Schmitt relaxé en appel

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Violences conjugales : l’entraîneur Alain Schmitt relaxé en appel (lepoint.fr)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La cour d’appel de Paris a relaxé Alain Schmitt, accusé de violences conjugales par sa compagne, la judoka Margaux Pinot.

La saga judiciaire se poursuit entre l'entraîneur de judo Alain Schmitt et la championne olympique Margaux Pinot. Les deux sportifs se déchirent depuis six mois sur les bancs des tribunaux et par médias interposés au sujet d'une violente altercation survenue en novembre 2021 au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis), pour laquelle le technicien avait déjà été relaxé en avril par le tribunal correctionnel de Bobigny. Ce vendredi 10 juin, Alain Schmitt a été de nouveau relaxé par la cour d'appel de Paris.

La judoka de 28 ans assure avoir reçu de nombreux coups au visage par Alain Schmitt, ce que son ex-compagnon, 38 ans, a toujours démenti. La première relaxe d'Alain Schmitt avait suscité des indignations dans le judo français et sonné le coup d'envoi d'une bataille médiatique entre les athlètes. Le parquet de Bobigny avait fait appel.

Lors des deux procès, l'un à Bobigny en décembre, le second à Paris en avril, les deux athlètes n'ont pas modifié leur ligne de défense, livrant des récits contradictoires des événements survenus au domicile de la judoka.

Une violente dispute

Liés sur les tatamis par une relation d'entraîneur à athlète au club de l'Étoile sportive du Blanc-Mesnil, Alain Schmitt et Margaux Pinot, entretiennent depuis 2017 une liaison amoureuse confidentielle. Alors qu'il doit s'envoler pour Israël quelques heures plus tard pour prendre le poste d'entraîneur de l'équipe nationale féminine, le technicien se dispute en pleine nuit avec Margaux Pinot.

Il décr [...] Lire la suite

VIDÉO - "Il veut encore ma mort" : victime de violences conjugales pendant 25 ans, Anne témoigne

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles