Violences conjugales : disparition de Jacqueline Sauvage

Les larmes de Jacqueline Sauvage au moment de sa condamnation en 2015 pour le meurtre de son mari. Cette femme battue depuis 47 ans est depuis devenue le visage de la lutte contre la violence conjugale. Jacqueline Sauvage s'est éteinte à son domicile du Loiret dans le village où s'est noué le drame. Condamnée à dix ans de prison puis graciée En 2012, elle tire à trois reprises sur son mari de dos. Elle explique son geste par le calvaire vécu avec le père violent de ses quatre enfants. À deux reprises, la justice la condamne à dix ans de prison. Ses filles et les associations de défense des femmes se mobilisent pour sa libération. En 2016, elles sont entendues. Le président François Hollande gracie Jacqueline Sauvage. Une grâce présidentielle très critiquée par les magistrats à l'époque.