Violences conjugales : création de centres de prise en charge pour hommes violents

La rédaction d'Allodocteurs.fr

À la suite du Grenelle sur les violences conjugales, Édouard Philippe a souligné le besoin de mieux prendre en charge les auteurs de violences. Plusieurs associations françaises ont déjà initié des ateliers, groupes de parole et accompagnements personnalisés qui leur sont destinés.

Reconnaître son déni

Joachim bénéficie de cette aide. Il y a 4 ans, il s’est adressé pour la premièrement fois à un psycologue. Sa femme lui avait mis entre les mains un livre sur les violences conjugales. C’est à ce moment qu’a commencé sa prise de conscience.

Olivier Sorel, psychologue de l’Arca, l’Observatoire des violences, s’adresse à lui :

- Je me souviens vous avoir vu arriver en disant « Regardez j’ai fait ça ! Du coup je suis auteur de violences… » Qu’avez-vous ressenti à ce moment-là ?

- Le plus difficile ça a été d’apprendre que je lui faisais du mal, la reconnaissance… Je pensais pas que c’était à ce point-là. Le plus douloureux c’est ça, reconnaître qu’on lui fait du mal, répond Joachim.

Plus tard, le psychologue explique : « Le déni est un mécanisme de défense qui nous évite de regarder la vérité telle qu’elle est. Cela évite souvent d’avoir une image de soi très négative. « Je ne veux pas être ça donc non, Je suis forcément pas ça. »

« J’étais énervé en permanence »

Malgré les ultimatums de sa femme, pendant plus de dix ans, la violence physique et psychologique fait partie du quotidien du couple. Il y a quelques mois son épouse a fini par (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi