Violences conjugales : les Africaines encore seules face à leurs bourreaux

Falila Gbadamassi
·1 min de lecture

Les événenements remontent à début décembre et font débat au Nigeria, comme le rapporte RFI et plusieurs médias nigérians. Un femme médecin dénonce sur les réseaux sociaux son mari journaliste qui l'a battue. Après avoir condamné les violences conjugales, l'employeur de l'époux envisage de lancer une enquête mais Samuel Ortom, le gouverneur de l'Etat de Benue où vit le couple, organise une séance de réconciliation au terme de laquelle la jeune femme, qui porte encore les traces de coups sur le visage, promet de tout faire pour maintenir la paix conjugale. Elle invite également à accorder le pardon à son compagnon.

(Le médecin, Ifeyinwa Angbo, dénonce son mari, Pius Angbo, qui l'a prétendument battue sans merci quatre semaines seulement après qu'elle a donné naissance à leur quatrième enfant.)

Banalisées

Dans les colonnes du journal nigérian This Day, le journaliste Olusegun Adeniyi résume bien la situation : en usant de son statut de gouverneur, Samuel Ortom a imposé "une solution extrajudiciaire au couple et, en rendant son intervention publique, il a involontairement établi une jurisprudence injuste pour résoudre les cas de violence domestique dans l'Etat de Benue". Ce type d'attitude est celui (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi