Violences conjugales : 3 mois avec sursis requis contre E. Raoult

Trois mois avec sursis. C'est ce qu'a requis, ce jeudi, le tribunal correctionnel de Bobigny à l'encontre du maire UMP du Raincy (Seine-Saint-Denis) Eric Raoult, accusé de violences conjugales sur sa femme avec qui il est en instance de divorce.

Lors de l'audience, l'ancien ministre et ex-député de Seine-Saint-Denis, a une fois de plus affirmé qu'il n'avait " jamais frappé " son ex-femme. Il a cependant reconnu l'avoir insultée. " Oui, il y a eu des insultes. Mais je ne l'ai pas frappée ", a-t-il insisté.

Accusé d'avoir giflé, bousculé et insulté, à plusieurs reprises entre décembre 2011 et octobre 2012, son épouse Corinne, ancienne attachée parlementaire, Eric Raoult est jugé pour " violences sur conjoint " et " menaces ou actes d'intimidation ". Le verdict est attendu le 21 février. Il encourt une peine de trois ans de prison et 45 000 euros d'amende." Je l'ai insultée, c'est vrai "" Je l'ai insultée, c'est vrai. Mais dire à son épouse, qui a 15 ans de moins que vous, tu t'habilles comme une salope, ce n'est pas une violence conjugale ", avait-il déjà assuré le 10 octobre dernier, au micro d'Europe 1.

Fin novembre, Eric Raoult avait été hospitalisé entraînant un report de son procès.

Retrouvez cet article sur elle.fr

Eric Raoult ne regrette pas avoir insulté sa femme
Eric Raoult dément avoir frappé son épouse
>> Voir toutes les news Societe sur le site Elle.fr

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.