Violences chez les jeunes : "Les réseaux sociaux ne sont que des amplificateurs", estime Patrice Huerre