Violences dans le Capitole : de Hong Kong au Venezuela, cinq précédents récents dans le monde

franceinfo
·1 min de lecture

Les violences dans le Capitole américain, le 6 janvier, marquent les esprits, car les États-Unis sont souvent considérés comme "la plus grande démocratie du monde". Le Parlement, institution où s’exerce le pouvoir du peuple, est un sanctuaire bien gardé dans les régimes démocratiques. Mais quand des éruptions de violence ou de protestation s'immiscent dans sa routine bien huilée, la démocratie semble vaciller. Souvent considérés comme des signaux inquiétants d’une démocratie qui se meurt ou d’une dérive fasciste d’une partie des gouvernés, ces irrruptions sont plus rarement vues comme la démonstration d’une démocratie qui vit.

1Parlement d’Allemagne, le 29 août 2020

Ce jour-là l'Allemagne a retenu son souffle. Des drapeaux du Reich allemand sont agités devant le Bundestag le samedi 29 août 2020, et les manifestants, des sympathisants d’extrême droite et des néo-nazis, ont manqué d’entrer dans le Parlement. Les débordements ont eu lieu après une manifestation anti-masque. Les services de renseignement allemands estiment le nombre de militants d’extrême droite à 33 430, dont 13 000 prêts à la violence.

2Conseil législatif de Hong Kong, le 1er juillet 2019

Fin juin 2019 et pour des mois, Hong Kong s’embrase face au projet de loi de la dirigeante du territoire, Carrie Lam. Elle veut autoriser les extraditions vers la Chine. Des millions de Hongkongais dénoncent une manoeuvre du pouvoir chinois pour reprendre en (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi