Violences du 1er-Mai : "Nous sommes souvent empêchés de défiler de manière sereine"

·1 min de lecture

Des militants de la CGT ont été pris à parti samedi lors du traditionnel défilé de la fête du Travail. Ils ont été insultés, puis agressés par un groupe d'individus, dont certains portaient des gilets jaunes. Au total, 21 blessés ont été comptés dans les rangs des militants, dont quatre graves. Dimanche midi, Céline Verzeletti, la secrétaire confédérale de la CGT, a indiqué qu’un seul militant était encore hospitalisé. "Ils ont été très choqués de la violence, des insultes, des propos et des attaques", a-t-elle confié sur Europe 1.  

Insultes, pétards et projectiles

L’incident s’est produit samedi vers 19 heures, place de la Nation. La manifestation touchait à sa fin, mais sur place, la tension était encore bien présente. Suivent des scènes de confusion quand des individus vêtus de noir s'en prennent physiquement à des militants de la CGT. Le dialogue semble alors impossible. Sur plusieurs vidéos publiées sur les réseaux sociaux, on peut voir des dizaines de manifestants attaquer des camions du syndicat. Les insultes sexistes ou homophobes pleuvent, comme les pétards, les bouteilles en verre ou d'autres projectiles. "CGT collabos", peut-on notamment entendre. Le service d'ordre du syndicat réplique en usant de gaz poivré. Des bagarres éclatent. Plusieurs militants sont lynchés et roués de coups au sol.

>> LIRE AUSSIManifestations du 1er-Mai : à quoi ont servi les ELI, équipes de liaison et d'information ?

"La première interruption du cortège a été faite par les force...


Lire la suite sur Europe1