Violences du 1er mai 2018 : Alexandre Benalla et trois autres personnes renvoyés en procès

·2 min de lecture

Alexandre Benalla sera jugé pour les violences du 1er mai 2018 à Paris.

Alexandre Benalla, déjà renvoyé en correctionnelle pour l'utilisation frauduleuse de passeports diplomatiques, sera également jugé pour les violences du 1er mai 2018 à Paris, à l'origine d'un scandale politique provoqué par cet ex-collaborateur d'Emmanuel Macron.

Le juge d'instruction chargé d'enquêter sur cette affaire de violences en marge de la manifestation du 1er mai 2018 dans la capitale a signé lundi l'ordonnance renvoyant Alexandre Benalla et trois autres prévenus en correctionnelle, a appris l'AFP mardi de source judiciaire. L'ordonnance du juge, quasi-conforme aux réquisitions du parquet de Paris, renvoie l'ex-chargé de mission reconverti dans le privé, devant le tribunal correctionnel pour "violences volontaires", "immixtion sans titre dans l'exercice d'une fonction publique" ou encore "port d'arme" ou "port public d'insigne" non-autorisé.

Le 18 juillet 2018, le quotidien "Le Monde" identifie le collaborateur du chef de l'Etat dans une vidéo tournée et diffusée le 1er mai par Taha Bouhafs, militant de La France insoumise devenu depuis journaliste. Dans ce document, Alexandre Benalla, coiffé d'un casque à visière des forces de l'ordre, s'en prend à un jeune homme à terre, sur la place de la Contrescarpe à Paris. En quelques heures, l'affaire se transforme en scandale politique et crée une crise sans précédent pendant la mandature d'Emmanuel Macron. Le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire le 19 juillet sur les faits de "violences".

Rapidement élargie à des faits de détournement d'images de vidéo-surveillance dont sont soupçonnés de hauts responsables policiers, cette affaire très sensible est confiée trois jours plus tard à des juges d'instruction. Alexandre Benalla est accusé d'avoir molesté des(...)


Lire la suite sur Paris Match