Violences. À Portland, les militants d’extrême droite font le coup de poing contre les antifas

·1 min de lecture

Les rues de la plus grande ville de l’État de l’Oregon se sont de nouveau transformées ce week-end en un champ de bataille opposant des militants d’extrême droite, comme les Proud Boys, à des contre-manifestants antifascistes.

Alors que le groupuscule d’extrême droite des Proud Boys “est dans le collimateur des autorités américaines depuis l’invasion du Capitolede Washington le 6 janvier dernier, ses militants continuent de faire le coup de poing à Portland, dans l’Oregon, souligne le New York Times.

À lire aussi: Violences au Capitole. L’étau se resserre autour des Proud Boys

Le leader du groupuscule, Enrique Tarrio, a pourtant été “condamné, ce 23 août, à cinq mois de prison”, notamment pour possession illégale d’un fusil d’assaut, et des dizaines de membres du groupe ont été “inculpés pour violences après l’assaut du Capitole”. Cela n’a pas empêché d’autres militants des Proud Boys d’arborer fièrement les couleurs, le jaune et le noir, de leur mouvement et de défiler, ce week-end, dans les rues de Portland.

Fusils de paintball et battes de baseball

Dimanche 22 août, en effet, les rues de Portland se sont transformées en un véritable champ de bataille, rapporte le Washington Post. Les Proud Boys se sont battus “à coups de poing, de gaz poivre, de fusils de paintball et de battes de baseball avec des militants antifascistes”.

À lire aussi:

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles