Violences à Kouri Bougoudi: le ministre tchadien de la Défense donne sa version des faits

Retour sur les violences qui ont éclaté dans la nuit de vendredi à samedi derniers dans la région de Kouri Bougoudi, dans l'extrême nord du pays, près de la frontière libyenne.

Plusieurs vidéos qui avaient circulé sur les réseaux sociaux avaient annoncé des centaines de morts dans ce qui était qualifié de « violences intercommunautaires ». Le ministre de la Défense nationale du Tchad, dépêché sur place avec une forte délégation pour enquêter sur ce qui s'était passé et tenter de ramener le calme, dément cette version et assure que les choses sont en train de renter dans l'ordre.

Le général Daoud Yaya Brahim est arrivé à Kouri Bougoudi depuis dimanche. Il assure aujourd'hui que la paix et le calme ont été restaurés par les forces de l'ordre depuis mercredi soir. Et contrairement à ce qui se dit sur les réseaux sociaux, il ne s'agissait nullement de violences intercommunautaires, selon lui.

Le général Daoud Yaya Brahim nous donne sa version des faits et le bilan officiel de ces violences. « Les choses ont commencé entre deux individus, deux amis du même groupe, ce n'était pas un affrontement intercommunautaire comme les gens le disent. Il y a eu une centaine de morts et une quarantaine de blessés. Une vingtaine de personnes ont été arrêtées et devront répondre de leurs actes devant la justice. »

Les orpailleurs renvoyés dans leur province

Selon le ministre tchadien de la Défense, le bilan a été alourdi par l'intervention de « terroristes » en provenance de Libye, qui seraient derrière l'orpaillage clandestin sur ce site de Kouri 35, 45 km à peine de la frontière commune.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles