Violences à Dijon: cinq membres de la communauté tchétchène en garde à vue

Cinq membres de la communauté tchétchène ont été interpellés tôt jeudi 18 juin au matin à Dijon, dans l’est de la France, et ailleurs dans le pays, après les violences survenues récemment dans la ville.

Cinq personnes issues de la communauté tchétchène ont été placées en garde à vue ce jeudi matin dans le cadre de l’enquête sur les violences survenues à Dijon ces derniers jours, a annoncé le procureur de la capitale bourguignonne, Éric Mathais, dans un communiqué.

« Ce matin, 18 juin 2020, cinq gardes à vue ont débuté et des perquisitions ont été réalisées dans plusieurs villes » afin de « vérifier les premiers éléments de cette enquête », est-il précisé dans le communiqué du parquet. Leur rôle exact dans les expéditions punitives menées le week-end dernier à Dijon reste à préciser.

Entre vendredi et lundi, cette ville de l’est de la France a été le théâtre de plusieurs nuits de violence. En cause : plusieurs expéditions punitives menées par des membres de la communauté tchétchène contre des habitants du quartier dijonnais des Grésilles qui voulaient venger le passage à tabac d’un jeune de 16 ans.

Une enquêtre pour tentative de meurtre en bande organisée ouverte

« Six objectifs » avaient été ciblés à travers la France, tous en régions et dans la communauté tchétchène, selon une source proche de l'enquête qui précise que seulement cinq d'entre eux ont débouché sur une interpellation, rapporte l’Agence France-presse.

Une enquête pour tentative de meurtre en bande organisée, violences volontaires, dégradations aggravées et incitation à la violence a été ouverte dans cette affaire.

(Avec AFP et Reuters)