Gaza: «Il y a une violation massive du droit international mis en place après la Seconde Guerre mondiale»

Alors que le président américain Joe Biden est en France pour participer aux commémorations du Débarquement en Normandie aux côtés du président Emmanuel Macron, Amnesty International France et États-Unis appellent dans un communiqué les deux présidents à respecter les normes internationales mises en place au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et à stopper les ventes d’armes vers Israël. Entretien avec Jean-Claude Samouiller, président d'Amnesty International France.

RFI : Quelle est la symbolique d'un communiqué franco-américain d'Amnesty International ce 6 juin 2024 ?

Quatre-vingts ans après, il y a les commémorations pour le Débarquement qui, incontestablement, a permis la fin de la Seconde Guerre mondiale et les atrocités qui étaient concomitantes. Mais, quatre-vingts après, ce système multilatéral qui a été créé après la Seconde Guerre mondiale, ce droit international humanitaire, ce droit de la guerre, ce droit international, ce droit humain, qu’en reste-t-il aujourd'hui ? Qu'en reste-t-il aujourd'hui à quand on voit tous les conflits qui se déroulent sous nos yeux et qui sont un mépris total pour la vie humaine, pour la dignité humaine et en particulier pour les civils.

Justement, quels sont ces conflits où le droit est bafoué ?

À lire aussiGaza: l'armée israélienne frappe une école de l'UNRWA «abritant une base du Hamas»


Lire la suite sur RFI