Viol collectif en Inde : dernier hommage à l'étudiante décédée

Ses proches lui ont rendu un dernier hommage. Les funérailles de l'étudiante indienne, victime d'un viol collectif le 16 décembre dernier et décédée vendredi soir, ont été célébrées ce dimanche à New Delhi, dans le district de Darwa. En accord avec la tradition hindoue, le corps de la jeune femme a été brûlé sur un bûcher funéraire, indique " Le Monde.fr ". En plus de la famille, plusieurs représentants politiques étaient présents à cette cérémonie de crémation. Symbole fort, le premier ministre, Manmohan Singh, et Sonia Gandhi, la présidente du parti du Congrès au pouvoir, avaient accueillis quelques heures auparavant à l'aéroport les parents de la victime, ainsi que sa dépouille, transporté dans un cercueil doré.L'Inde sous le chocTransférée jeudi dernier à l'hôpital singapourien Mount Elizabeth, la victime présentait de graves blessures intestinales, une infection aux poumons et à l'abdomen, ainsi qu'une lésion cérébrale importante. A l'annonce de la mort de celle qui a été surnommée " Amanat " (" trésor " en Ourdou), la population est sortie dans les rues pour manifester sa colère. Par mesure de précautions, plusieurs quartiers de la capitale avaient été bloqués. Appelant au calme, le chef du gouvernement local de New Delhi, avait assuré que " très bientôt, des décisions solides seraient prises " pour protéger les femmes.Les suspects inculpésAlors qu'elle rentrait avec son compagnon d'une séance de cinéma, la victime avait été frappée avec une barre de fer rouillée et violée à plusieurs reprises par six hommes dans l'autobus. Ils les avaient ensuite tous deux jetés sur le bord de la route. Samedi, les agresseurs présumés ont été inculpés de meurtre, a indiqué la police de New Delhi. Ils encourent la peine de mort.

Retrouvez cet article sur elle.fr

Viol collectif en Inde : l'étudiante est décédée
Inde : une victime d'un viol collectif, violée par deux policiers
Viol collectif en Inde : la peine de mort envisagée
Inde : une affaire de viol collectif scandalise le pays

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.