Vingt ans après l’euro, des milliards, en anciennes monnaies, dorment encore en Europe

·1 min de lecture
Les Français, qui n’ont « que » 726 millions d’euros en francs en stock, ne peuvent plus les échanger contre des euros.
Les Français, qui n’ont « que » 726 millions d’euros en francs en stock, ne peuvent plus les échanger contre des euros.

Vingt ans après la mise en circulation de l?euro, tous les Européens n?ont pas encore renoncé à leurs bonnes vieilles monnaies nationales. Selon une enquête menée par l?agence Bloomberg, et relayée par Les Échos, l?équivalent de 13,5 milliards d?euros en anciennes monnaies dort encore en Europe. Qu?ils soient encore soigneusement dissimulés dans un grenier, oubliés sous un matelas ou conservés par des collectionneurs, ces billets et pièces sont les vestiges d?un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître.

Et comme souvent en Europe, ce sont les Allemands qui mènent la danse, et de très loin. Outre-Rhin, l?équivalent de plus de 6,3 milliards d?euros en marks serait toujours en circulation. Loin devant les Espagnols, qui conservent pour 1,6 milliard d?euros de pesetas. Ils sont suivis par les Italiens (1,2 milliard d?euros en lires), puis par les Français, qui n?ont « que » 726 millions d?euros en francs en stock.

À LIRE AUSSIPlus de la moitié des Français convertissent encore les prix en francs

8,5 milliards encore échangeables

Et si les Français semblent avoir été les moins enclins à conserver leurs vieux billets, c?est sans doute parce que la possibilité de les échanger contre des euros sonnants et trébuchants a pris fin? en 2012, soit dix ans après le passage à l?euro. En Allemagne, à l?inverse, il est toujours possible de faire l?échange. Comptez 1,96 mark pour obtenir un euro. Mieux encore : Berlin n?a prévu aucune limite dans le temps pour [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles