Vingt ans après, Iam ouvre son «Micro d’argent» à «Libé»

Libération.fr

Le 18 mars 1997, IAM sortait l’Ecole du micro d’argent. Créé entre Marseille, New York et Paris, l’album allait devenir disque de diamant (plus d’un million de ventes) et une référence majeure, unanimement considéré comme l’un des meilleurs albums de rap français - si ce n’est le meilleur. Vingt ans plus tard, Libération est allé à la rencontre d’IAM et de ses complices (comme le producteur américain Prince Charles Alexander), mais aussi d’observateurs avisés du rap et de ceux qui ont influencé l’album à l’époque ou s’en sont inspirés par la suite (Sat de la Fonky Family, Oxmo Puccino, Sofiane, etc.). Dans un format «plein écran» unique, ces témoins privilégiés racontent à la première personne l’histoire de Petit Frère, Demain c’est loin, l’Empire du côté obscur et du reste de cet album majuscule, de sa genèse à sa postérité.

IAM, un grand format à lire sur Libération.fr ou via le raccourci bit.ly/LibeIAM



Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Rap français Nostalgiques vs amnésiques
Rap français Nostalgiques vs amnésiques
Gérard Terronès, un libertaire du jazz s'en va
«Saturday Night Fever» pas de quoi être fièvre
18-24 mars

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages