Vincent Lindon dans "L'Apparition" : "J'ai du respect pour les gens qui croient"

Odile Morain
Dans "L'Apparition", le nouveau film de Xavier Giannoli, l'acteur Vincent Lindon incarne un reporter qui enquête sur une possible apparition de la Vierge. Une "enquête canonique" qui l'a stupéfait et pour laquelle il s'est beaucoup documenté. Engagé, passionné, perfectionniste Vincent Lindon est l'invité du magazine "20h30, le dimanche" sur France 2.

À l'occasion de la sortie mercredi 14 février 2018 du nouveau film de Xavier Giannoli "L'Apparition", l'acteur se confie à Laurent Delahousse dans le magazine "20h30, le dimanche". Il évoque son père, sa carrière, la politique, son être profond, ses doutes et la religion. La religion c'est le thème central du film dans lequel il campe un journaliste de Ouest-France qui se trouve engagé par le Vatican pour enquêter sur une jeune fille qui affirme avoir vu la Vierge.

"J'ai beaucoup de respect pour les gens qui croient"

Le film "L'Apparition" pose la question de la croyance, de la foi, de la religion et de ce que l'homme en fait. Dans la peau du journaliste missionné sur l'affaire, Vincent Lindon questionne la vérité et le doute. Le comédien a été autant fasciné que son personnage par le mystère de la foi. "Je ne sais si je suis croyant ou pas, mais j'ai beaucoup de respect pour les gens qui croient. La croyance passe par beaucoup de choses, je suis superstitieux, j'ai des TOC, j'ai des TIC, confie-t-il avant de déclarer, ça m'intéresse mais c'est des choses qui me font peur, comme la mort".

Un regard acéré sur la médiocrité 

Dans la vie comme dans ses rôles Vincent Lindon s'accroche au dernier petit espoir qui fait surface. Il s'indigne avec panache, prends sous sa protection les déshérités et parle avec son coeur. "Vincent c'est un idéaliste qui a une très haute idée de l'homme et du monde et que la médiocrité rend triste. Vincent est un être mélancolique. Avec ses rôles il incarne des hommes d'éthique", dit de lui son ami Stéphane Brizé, le réalisateur de "La Loi du Marché". Rôle qui lui a valu le prix d'interprétation masculine. au Festival de Cannes.

"Je me sens très proche des gens qui souffrent"

Quand on lui demande ce qui le motive à choisir ce type de rôles, le comédien se souvient de son père. "Quand j'avais 8 ans, il a refusé de serrer la main de quelqu'un en lui disant 'Merci, mais je ne t'aime pas et je n'y tiens pas', et j'ai senti (...)

Lire la suite sur Culturebox.fr

Vincent Lindon dans Rodin : "Je suis fou de ce film"
Vincent Lindon: "Je déteste qu'un film me dise c'est comme ça qu'il faut penser"
Berlinale : Wes Anderson ouvre une édition 2018 hantée par la vague #MeToo
"Titanic" à l'Auditorium de Lyon : l'émotion décuplée en ciné concert
Le pape François au coeur d'un documentaire de Wim Wenders