Vincent Cerutti : "J’ai enfin cicatrisé mon histoire avec DALS"

Vincent Cerutti a été éliminé de “Danse avec les stars” lors du deuxième prime samedi dernier. Premier candidat à sortir, l’animateur se livre en exclusivité sur cette expérience, son image et ses projets à la télévision.

Crédit : TF1

 

Comment avez-vous vécu votre élimination de “Danse avec les stars” dès le deuxième prime samedi soir ?

J’ai d’abord été très déçu pour ma partenaire Katrina Patchett. J’ai ressenti une grande culpabilité de la voir arrêter cette aventure. Au moment de l’annonce des résultats, je la tenais dans mes bras et j’ai vraiment senti son corps se relâcher. Ça m’a transpercé le cœur, j’ai ressenti une peine sans nom. D’autant plus qu’au même moment j’ai croisé le regard de ma compagne Hapsatou Sy en larmes. Je me suis dit : “Vincent, ne pleure pas !” Ça a été hyper dur, une grande déception. J’aurais évidemment voulu continuer car j’ai vraiment pris goût à la danse.

Certains y ont vu une humiliation supplémentaire après être passé d’animateur de l’émission à candidat ?

A moins d’être maso ou complètement à côté de mes pompes, je ne vois aucune humiliation. J’ai juste travaillé comme un dingue et j’ai eu le courage de revenir. Je ne considère pas être revenu par la petite porte comme j’ai pu le lire mais au contraire par la grande porte. Je ne trouve pas ça humiliant de participer à “Danse avec les stars” ! Bien au contraire, j’ai trouvé ça hyper valorisant. Sur le fait de sortir dès le premier prime, c’est le jeu et il faut en respecter les règles. On peut interpréter le vote des téléspectateurs comme on veut en disant que je n’ai pas été soutenu par le public mais on peut aussi dire qu’ils ont voté pour d’autres pensant que je ne risquais pas de sortir.

Si l’expérience était à refaire, la referiez-vous ?

Si on devait refaire l’histoire, je la referais même en sachant que je sors en premier. Je n’ai aucun regret. Cette expérience est dingue. En tant qu’animateur, je n’étais pas habitué à parler de moi et là j’ai du laisser mon armure au vestiaire. J’ai accepté de me livrer, de sortir de ma zone de confort habituelle. Je me plaignais souvent qu’on me reconnaisse sans vraiment me connaître. Il y a presque des notions thérapeutiques dans cet exercice. Ça m’a fait du bien de me mettre en danger.

Cette élimination vous permet-elle de tourner la page de “Danse avec les stars” ?

Disons que j’ai enfin cicatrisé l’aventure “Danse avec les stars” que j’ai présenté pendant cinq ans. Avant d’y revenir de l’autre côté de la barrière deux ans après, j’avais toujours un petit goût d’inachevé. J’ai toujours eu l’impression que mon histoire avec DALS n’était pas terminée. Aujourd’hui ça me permet de ressortir de cette aventure qu’avec des sentiments positifs.

Vous vous êtes fait tacler méchamment par Benjamin Castaldi sur Twitter qui a dit qu’il “préférait être un has-been qu’un never been”. Avez-vous quelque chose à lui répondre ?

Franchement non ! Demandez-lui ce qu’il a contre moi mais de mon côté je n’ai rien à dire là-dessus. Je n’ai jamais répondu aux inexactitudes que j’ai pu lire ou entendre depuis le début de ma carrière, ce n’est pas pour réagir à ça aujourd’hui.

 

Quels sont vos projets maintenant ?

J’ai fait les choses un peu dans le désordre dans ce métier. J’ai commencé par présenter une soixantaine de prime-time sur TF1 alors qu’on ne me connaissait pas. J’ai l’impression que maintenant on me connaît mieux et que tout démarre maintenant. Jusqu’à présent le public ne savait pas à qui il avait à faire et pouvait avoir des aprioris ou une mauvaise image. Ces trois dernières années, j’ai réussi à montrer qui j’étais vraiment en présentant le “morning” de Chérie FM, j’ai fait un jeu d’aventures dont je rêvais sur Gulli (“Safari Go”) et je viens de me livrer comme jamais dans “Danse avec les stars”. C’est un peu comme si les sept ans que je venais de passer à TF1 n’avait été qu’un “warm-up” et que tout démarrait maintenant. J’ai envie de garder l’authenticité que j’ai dévoilée et de faire des choses dans lesquelles on me retrouvera comme ça. En fait, tout ça m’a permis de faire connaissance avec le public.

Où en êtes-vous avec TF1 ? Êtes-vous toujours en contrat ?

Oui, toujours. On cherche de la place sur la grille. Entre “The Voice”, “Koh Lanta”, “Danse avec les stars”, il faut trouver des émissions de flux. J’ai déjà exprimé mon souhait de présenter un jeu mais maintenant j’ai arrêté d’aller frapper à la porte des patrons pour leur dire que j’existais. Donc on verra…

Thomas Joubert.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages