Vin : quand les voleurs font razzia sur les grands crus

Joyaux de notre gastronomie, les grands crus à plusieurs milliers d'euros attirent les convoitises. Depuis plusieurs mois, les cambriolages se succèdent dans l'Hexagone. Dans l'Ain, un homme s'est introduit en pleine nuit dans la cave du restaurant étoilé de Georges Blanc avant d'être mis en fuite. À Paris, des dizaines de bouteilles ont été dérobées chez un caviste à deux pas de l'arc de Triomphe... Préjudice estimé: 50 000 euros. "Ça peut rapporter gros" Si les propriétaires de grands crus sont ainsi ciblés, c'est parce que le vin est un produit de luxe, une valeur sur laquelle on spécule notamment à l'étranger et qui reste plutôt facile à voler. "Pour peu de prise de risque, ça peut rapporter gros", explique Yoann Maras, du syndicat Alliance Police nationale 75. Pour protéger leurs bouteilles, les propriétaires sont prêts à tout : en lieu et place des billets de banque, Gérard Trouvé, gérant des Caves de Montquartiers propose à ses clients des coffres. "Des caméras et des détecteurs de mouvements, montre Gérard Trouvé. On est actuellement en train d'agrandir, car on a trop de demandes." Sécuriser les caves est un enjeu crucial pour les amateurs de bonnes bouteilles. Pour un seul cambriolage, le montant du butin peut dépasser les 500 000 euros.