Vin : comme le Beaujolais nouveau, l'English nouveau arrive en Angleterre

"Au nez, il y a des cerises, des mûres, un peu de canneberge et aussi des notes tropicales", décrit en humant un verre d'English nouveau, Simon Day, directeur de la production des vignes Sixteen Ridges. "Avec la macération carbonique, on a même de la papaye ou de la peau de banane." Le vigneron est le premier à produire un vin primeur rouge au Royaume-Uni, mais la production reste modeste : 2 500 bouteilles. Le "rare avantage" du réchauffement climatique La Grande-Bretagne comptait en 2019, 3 500 hectares de vignes. Une surface qui a quadruplé en vingt ans : une croissance que l'on doit en partie au réchauffement climatique. "L'un des rares avantages du changement climatique est qu'il nous facilite la tâche pour produire un vin anglais décent, explique Simon Day. Au cours des 25 à 30 dernières années, j'ai vu les dates de récolte avancer d'au moins deux semaines en moyenne." L'English nouveau a un prix : 13 euros la bouteille, un peu plus cher que son cousin français. Comme lui, il est bien sûr à consommer avec modération