Vin : le Beaujolais également victime du Covid-19

Avec de très bonnes conditions d'ensoleillement, l'année s'annonçait exceptionnelle pour les producteurs de Beaujolais. À commencer par le Beaujolais nouveau, dont le lancement est prévu jeudi 19 novembre à minuit. Mais le contexte sanitaire impacte les ventes : "On n’a pas vendu aux restaurants cette année, et les particuliers ne vont pas venir sur place", témoigne Éric Bettant, vigneron à Pommiers dans le Rhône. "D'autant que je ne travaille pas avec la grande distribution." L'export, un facteur aggravant Sur l'ensemble des crus du Beaujolais, on estime une chute des ventes de 25% en moyenne pour cette fin d'année. Facteur aggravant : l'export, qui ne souffre pas que du Covid. "La taxe Trump, détaille Emmanuel Fellot, vigneron. On espère qu'elle va diminuer ou s'arrêter. Avec cette taxe, on a perdu toute l'année sur les ventes aux États-Unis." Période cruciale, novembre et décembre représentent 40% des ventes de Beaujolais. Par chance, le Beaujolais 2020 étant plus structuré que d'autres années, des vignerons envisagent d'en conserver une partie pour le vendre plus tard en vin de garde.