Villes en –court, –heim, –ac, d'où viennent ces terminaisons communes?

1 / 2

Villes en –court, –heim, –ac, d'où viennent ces terminaisons communes?

CARTES - Les noms donnés aux communes dans le nord-est et le sud-ouest de la France sont radicalement différents. L'Alsace concentre beaucoup de terminaisons en -heim, tandis que le suffixe -ac est très répandu en Occitanie. Plongée dans l'histoire de la toponymie française.

Avez-vous remarqué que dans certaines régions les noms des villes avaient tendance à finir tous de la même manière? Schiltigheim, Bischheim, Rixheim en Alsace, Mérignac, Pessac, Aurillac en Occitanie, Hayange, Florange, Talange en Lorraine, chaque région possède sa sonorité particulière. Mais d’où viennent ces suffixes communs à de nombreuses communes françaises?

La toponymie est la science qui étudie l'histoire derrière le nom des lieux. Une grande majorité des communes françaises ont été créées durant la période mérovingienne. La Gaule était alors partagée entre les Francs, les Wisigoths et d'autres envahisseurs barbares. Pour certains linguistes, c'est cette séparation des territoires qui explique une telle différence de toponymie entre le nord-est et le sud-ouest de la France.

Villes se terminant en -ville

Lors des invasions barbares germaniques et scandinaves, les communes ont été rebaptisées en fonction du nom du propriétaire, suivi par le mot latin villa (la ville). Il est ainsi devenu le suffixe le plus présent en France métropolitaine. Thionville, Alfortville, Granville, 1130 communes partagent ce même toponyme.

Villes se terminant en -court

Dans le royaume des Francs, les domaines ruraux s’appelaient curtis (la cour de ferme), expliquant l'abondance de cette terminaison dans le nord-est de la France. Suivant le même schéma, de nombreux villages ont le pris le nom de...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages