Villeneuve-le-Roi : plus d’une tonne de bouchons collectée en 8 mois

C.F.
Villeneuve-le-Roi. En huit mois, les adolescents de l’accueil Jules-Verne ont réussi à dépasser le poids symbolique d’une tonne, soit 1 017 kg de bouchons récoltés

Lancée au profit des personnes handicapées, la collecte se poursuit jusqu’en juin 2019.


Les adolescents de l’accueil de loisirs Jules-Verne à Villeneuve-le-Roi ont été particulièrement efficaces. En huit mois, ils ont réussi à dépasser le poids symbolique d’une tonne, soit 1 017 kg de bouchons récoltés. Début juin, les 11-17 ans ont lancé l’opération de récupération de bouchons dans toute la ville au profit des personnes handicapées.

Objectif : récolter 10 t de bouchons en plastique, avant juin 2019, soit environ 2 800 €.

Dans le cadre du passeport éducatif « Sensibilisation au handicap », les jeunes de l’accueil ont confectionné une dizaine de boîtes pour la collecte. « On récupère tous les bouchons et couvercles en plastique ou en liège de bouteilles, lessive, crème fraîche liquide, stylos, etc. », explique Patrick Diakiese, animateur à l’accueil Jules-Verne.

Les bouchons seront ensuite reversés à l’association locale « Un bouchon, une espérance ». Celle-ci revend le plastique à une entreprise de recyclage. Avec l’argent, elle finance des projets en faveur des personnes en situation de handicap comme l’achat d’un fauteuil roulant ou d’un chien guide d’aveugle.

Des boîtes se trouvent en permanence dans les accueils de la ville, dans les collèges, au lycée, aux accueils de loisirs ou encore ponctuellement, à l’occasion d’événement festifs.

Renseignements auprès de l’accueil Jules-Verne au 01.49.61.94.40.





Retrouvez cet article sur LeParisien.fr

Val-de-Marne : les premiers ajustements de carte scolaire entérinés
Créteil : à Mondor, les malades du cancer se soignent (aussi) par le sport
Ivry : ils traquent les dépôts sauvages via Facebook
Ile-de-France : le bruit des transports nous casse la santé
Impact du bruit sur la santé : à Villeneuve-la-Roi « pas besoin de réveil, il y a les Airbus »