Une ville en partie sortie du sable près de Louxor : une « découverte fantastique » !

ETX Daily Up
·2 min de lecture

Nouveau ! Écoutez l'article :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Futura · À Louxor, une ville d'artisans de plus de 3.000 ans

Ateliers, fours, murs de brique, poteries et bijoux : la ville d'artisans liée au roi Amenhotep III datant de plus de 3.000 ans, a été présentée samedi à la presse par les autorités égyptiennes désireuses de promouvoir le tourisme culturel. « Nous avons trouvé une portion seulement de la ville », a dit à l'AFP Zahi Hawass, archéologue et ancien ministre des Antiquités, samedi matin au milieu des ruines de la ville antique située sur la rive ouest du Nil près de Luxor (sud). Selon lui, « la ville s'étend vers l'ouest et le nord ».

Les fouilles, dans la ville enfouie sous le sable depuis des millénaires, vont continuer encore quelques années, dit celui qui a conduit les excavations depuis septembre 2020. Une série de murs de brique d'argile, ainsi que des rues passant entre les constructions sont aujourd'hui visibles sur le site. « Nous avons trouvé trois quartiers principaux : un pour l'administration, un dortoir pour les ouvriers, et un pour l'industrie », a-t-il dit avant d'ajouter qu'un autre endroit était réservé à la production de viande séchée. Parmi les autres découvertes, M. Hawass cite « un endroit pour la couture, pour la fabrication de sandales [ainsi que] des moules pour les amulettes » et de petites statues. Les archéologues ont aussi trouvé un grand poisson recouvert d'or qui était peut-être vénéré, selon M. Hawass.

Selon l'archéologue, habitué à manier l'hyperbole, il s'agit de la découverte « la plus importante depuis celle de la tombe de Toutankhamon » en 1922. Parfois accusé par ses pairs d'être un businessman mégalomane et de manquer de rigueur scientifique, M. Hawass se défend en étalant ses découvertes archéologiques passées, qu'il juge « majeures ».

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura