La ville de Nuremberg sécurise les bâtiments nazis pour cultiver le devoir de mémoire

franceinfo Culture avec agences
·1 min de lecture

Le débat est récurrent en Allemagne : faut-il préserver les édifices nazis, purs symboles de l'idéologie hitlérienne ? La ville de Nuremberg a choisi de lancer un projet de conservation pour cultiver le devoir de mémoire et de mise en garde. Avec 85 millions d'euros, le site sera réhabilité dans les années à venir afin de sécuriser les bâtiments abimés par le temps et raconter leur histoire honteuse.

Une monumentalité pour "intimider et fasciner"

"C'est d'ici que tout est parti : la destruction, l'exclusion et au bout du compte la Shoah", qui a coûté la vie à six millions de Juifs, déclare Julia Lehner, responsable de la culture de la ville bavaroise lors d'un entretien avec l'AFP sur le site du congrès du parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP).

De la tribune Zeppelin inspirée du temple hellénique de Pergame, Adolf Hitler a déclamé de 1933 à 1938 ses discours racistes face à un demi million de membres du parti réunis une fois par an en septembre et autant d'Allemands enthousiastes venus de tout le pays assister aux parades.

A proximité, un autre colosse aux allures de Colisée romain: le palais des congrès. Jamais terminé, il est le deuxième plus grand bâtiment nazi en Allemagne, après le complexe de loisir de Prora sur l'île de Rügen. Cette "monumentalité" visait à (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi