La Ville lumière disjoncte

·2 min de lecture

La capitale de la France serait-elle devenue un repoussoir ? 

Pendant des siècles, toute la France a voulu monter à Paris. Julien Sorel, Lucien de Rubempré, Frédéric Moreau n’avaient qu’une hâte : filer loin de chez eux. À l’époque, sous la monarchie de Juillet, il fallait des litres de café pour ne pas sombrer dans le coma en Isère, à Angoulême ou à Nogent-sur-Seine. Végéter sur place, c’était mener une vie de marin resté à quai. La province n’était qu’une salle d’attente plus ou moins confortable. Des vies entières y traînaient comme dans un tiroir. L’idée de déménager dans la capitale miroitait tel un diamant. L’aimant parisien crochetait les ferrailles régionales à peine arrivées. Pas question pour Rastignac et ses amis de regagner leurs oasis de rusticité balzacienne où, passé le coucher du soleil, il fallait faire de l’astronomie pour trouver une lumière allumée.

Lire aussi:Grand Paris : le chantier du siècle

Tant pis si tout était sale dans la capitale. On s’entassait dans des taudis. Relisez « Le père Goriot », feuilletez Zola. La vermine n’avait pas attendu Anne Hidalgo pour se croire au paradis. Mais les jeunes loups planaient quand même. Ils se fichaient bien de la qualité de l’air. Ils venaient jouer les Colbert, les Molière, les Rose Bertin ou les Danton. Ils étaient à Paris là où s’épanouissaient les fleurs qui fanaient en province. Ce mirage a duré des siècles. Dieu qu’on s’est amusé ! Le monde entier est venu faire la fête avec nous. Puis est arrivé le Covid. En apparence une épidémie comme les autres. Gros dégâts et fortes émotions mais a priori sans conséquence : tout aurait dû reprendre comme avant. Une année de séries sur Netflix, de jeux vidéo, d’aberrations administratives et de vide politique n’allait pas changer l’âme des Français.

Sauf que s’est greffée(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles