La Ville-du-Bois : les blouses roses contre le blues des malades

G. M
La Ville-du-Bois, samedi 7 octobre 2017. Parées de rose, Régine, Monique et Edith se sont postées au sortir des caisses d’un hypermarché pour solliciter la générosité des clients et faire connaître leur action à l’hôpital de Longjumeau

Les bénévoles de l’association qui vient notamment en aide aux enfants hospitalisées récoltaient des fonds ce samedi.


Vous les avez sans doute croisées en emmenant votre enfant aux urgences pédiatriques de Longjumeau. Votre aïeul admis en gériatrie a peut-être aussi profité de leur bienveillance. Samedi, c’est au sortir des caisses de l’hypermarché Carrefour de La Ville-du-Bois qu’une escouade de blouses roses a œuvré dans le cadre d’une opération nationale.

L’objectif ne consistait pas seulement à collecter des dons pour financer les actions menées tout au long de l’année au profit des enfants hospitalisés et des personnes âgées en soins de suite. « Nous sommes ici aussi pour faire connaître l’association », explique Marie-Odile, mobilisée toute l’année, comme plus de 5 000 personnes en France, dont une quarantaine en Essonne.

Redonner le sourire aux malades en souffrance et touchés par la solitude, par le biais d’activités ludiques et créatives : telle est la mission que poursuivent ces bénévoles intervenant au centre hospitalier de Longjumeau depuis 2010. « Cela fait près de trois ans que nous sommes présents auprès des enfants du service pédiatrie », précise Régine, qui revêt la blouse rose deux demi-journées par semaine.

Des interventions remarquées et saluées par les parents. Le chariot chargé de ses courses hebdomadaires, Catherine n’a pas hésité à apporter son soutien en se fendant d’un chèque. « Je connais bien les blouses roses, glisse cette habitante convaincue de l’utilité de la structure associative. Je sais que les enfants hospitalisés les attendent toujours. »



Retrouvez cet article sur LeParisien.fr

Attaque de Viry : « Ça a marqué la police autant qu’un attentat »
Bientôt des uniformes ignifugés en test dans un commissariat de l'Essonne
Essonne : Noisette, la chienne poignardée par sa maîtresse, a été adoptée
Grande Borne : un an après l’attaque des policiers, les promesses ont-elles été tenues ?
Essonne : un an après leur agression sauvage à Viry, les policiers restent meurtris

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages