Villani saisit la commission des sondages après des chiffres publiés par Griveaux

Romain Herreros
Cedric Villani photographié en marge des funérailles de Jacques Chirac, le 30 septembre à Paris. 

POLITIQUE - Les calculs ne sont pas bons pour Cédric Villani. Après la diffusion d’un sondage commandé à OpinionWay par l’équipe de Benjamin Griveaux, le candidat mathématicien a saisi la Commission des sondages, soupçonnant l’étude de ne pas respecter les règles déontologiques et donc, de biaiser son “analyse médiatique”, plusieurs articles de presse indiquant que le député LREM de Paris devance de 4 points le candidat dissident dans les intentions de vote. 

Ce mardi 19 novembre, son équipe a rendu public un courrier signé par Baptiste Fournier, directeur de campagne, qui détaille la démarche. “En premier lieu, s’agissant de l’échantillon, nous nous interrogeons sur sa qualité et sa représentativité”, pointe le document, qui rappelle que “la méthode employée par la profession s’agissant des élections municipales est une administration du questionnaire par téléphone ou au domicile de l’interviewé”. Or, OpinionWay a testé son panel en ligne via le système CAWI (Computer Assisted Web Interview). 

“En second lieu, nous nous étonnons également d’un taux de réponse si élevé dans le temps imparti (2942 sondés) et souhaitions recueillir vos éclairages sur la faisabilité et la crédibilité d’une telle participation”, poursuit Baptiste Fournier, pointant plus loin la “qualité du redressement des intentions de vote” qui “semblent minorer les candidats Hidalgo et Villani en majorant dans le même temps le candidat Griveaux”.