Ce village du Var était un "symbole" pour Marine Le Pen : un an après, les migrants y ont réussi leur intégration

Il y a un an Marine Le Pen s'était rendue dans le village de Châteaudouble, qu'elle présentait comme un symbole "de ce qui se passe dans toute la France aujourd'hui". Aujourd'hui, les 72 migrants accueillis semblent avoir bel et bien réussi à s'intégrer.


A Châteaudouble, les 450 habitants cohabitent depuis un an avec 72 demandeurs d'asile. Le 29 juin 2018, Philippe Portal, sous-préfet du Var, annonçait que les locaux de l'ancienne maison de retraite de ce village, fermée en 2016 par manque de résidents, seraient transformés en centre d'accueil et d'orientation afin d'accueillir des migrants.

Dans cette commune varoise de Châteaudouble, le projet avait d'abord été mal accueilli. Marine Le Pen s'était même rendue sur place pour dire son opposition à l'arrivée des migrants: "Ce petit village est symbolique de ce qui se passe dans toute la France aujourd'hui (...) C'est comme si demain on imposait 12 millions de migrants en France en l'espace d'une nuit", avait déclaré la présidente du Rassemblement National, conspuée par certains habitants.

Et pourtant, un an après, en plein débat houleux sur l'immigration à l'Assemblée ce lundi et au Sénat ce mercredi, les autorités comme les habitants parlent d'une réussite.

Leur apprendre à "se débrouiller seuls en France"

Perdus dans la campagne varoise, ces demandeurs d'asile, entre deux cours de français, expliquent à BFMTV qu'ils ont d'abord été surpris par le décor.

"La première fois quand je suis arrivée j'avais peur. Il y a beaucoup de sangliers le soir. Mais maintenant je n'ai plus de soucis", plaisante un Somalien, qui a mis deux ans à arriver en France, aujourd'hui hébergé dans un centre avec 60 autres demandeurs d'asile.

La plupart de ces migrants restent entre 6 et 18 mois, le temps d'obtenir leurs papiers:

"Avec les bénévoles, il faut leur trouver des activités pour qu'ils s'épanouissent et qu'ils puissent être autonomes et se débrouiller seuls en France", explique Fabienne Wolff, chef de service au Centre d'accueil et d'orientation de Châteaudouble.

"Ça se passe super bien"

Pour tuer l'ennui, ils s'improvisent des matchs de foot au moins une fois par semaine, dont le week-end contre les habitants du village: "On joue (...)

Lire la suite sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :