Un village de la Creuse veut (enfin) donner des noms à ses rues, contre l'avis de certains habitants

·4 min de lecture

La petite commune de Faux-la-Montagne, dans la Creuse, veut donner des noms à ses rues afin de faciliter le travail de la poste. Mais certains habitants ne l'entendent pas de cette oreille.

Dans ce petit village au beau milieu de la Creuse, pas de plaques ni de panneaux pour indiquer le nom des rues. Pendant des décennies, personne n'avait nécessairement éprouvé le besoin de les nommer officiellement. Cela n'était pas jugé nécessaire car le facteur connaissait tout le monde dans cette commune de 430 habitants. 

En effet en France, aucun texte n'oblige à baptiser les rues des communes de moins de 2000 habitants, comme le rappelle Me Delphine Krust, avocate en droit public et droit collaboratif, contactée par BFMTV.com. Le décret n°94-112, daté du 19 décembre 1994, précise bien que "la numérotation et la désignation des rues ne sont imposées que pour les communes de plus de 2000 habitants". 

Les évolutions du service postal

Toutefois, plusieurs situations ubuesques survenues ces dernières années ont fait germer l'idée dans la tête de la maire Catherine Moulin. L'élue creusoise souhaite désormais réfléchir avec les habitants à une façon de nommer les places, chemins et autres rues de la commune, comme le rapportaient nos confrères de France Bleu

"On avait déjà été sollicités à de nombreuses reprises par la Poste" pour attribuer des rues de Faux-la-Montagne, "mais jusqu'alors on avait résisté aux pressions", poursuit l'élue, avant de souffler: "Mais aujourd'hui il ne se passe plus un jour sans qu'un livreur, perdu, ne nous demande de prendre en charge un colis (à la mairie)".

Les services aux personnes parfois entravés

Si les petites communes ne sont pas soumises à l'obligation de nommer officiellement leurs rues, Me Delphine Krust explique que "la municipalité doit tout de même assurer le bon fonctionnement des services publics qui sont à sa charge, notamment permettre de desservir le courrier pour ce qui relève de la Poste". Dans certains cas, il peut donc s'avérer nécessaire d'avoir recours à une nomination officielle.

Se pose aussi la question des services aux personnes, défend Catherine Moulin, comme les pompiers ou encore les services d'urgences. "Avec le Samu nous ne sommes généralement pas trop embêtés car ils connaissent relativement bien la zone et les gens, mais c'est plus compliqué avec les ambulances privées. Par le passé ça a pu conduire à des situations dramatiques".

Par ailleurs, explique la maire, "il va falloir régler cette question si on veut que la fibre optique arrive en 2025 comme cela est prévu". "Rien que pour ça, il va falloir numéroter les habitations. Nous ne sommes nullement en droit d'empêcher à nos habitants d'avoir accès à ce type de service".

Un mystérieux courrier anonyme

Mais certains, dans ce village du plateau de Millevaches, ne voient pas les choses de la même façon. À la mi-octobre, un courrier anonyme a été déposé dans les boîtes aux lettres de la commune pour déplorer cette initiative de la municipalité. "Ces personnes considèrent qu'en faisant ça, on va faciliter et donc encourager les livraisons Amazon", explique la maire, qui ne partage pas cet avis: "Je ne pense pas qu'on puisse prétendre ébranler des entreprises comme Amazon en ne nommant pas nos rues".

Si elle assure que rien n'est encore tranché et que la question devrait être débattue lors d'un conseil municipal avant la fin de l'année 2021, Catherine Moulin a commencé à recueillir les propositions de noms des habitants. Une synthèse de celles-ci sera rédigée dans les prochaines semaines.

Comment vont ensuite être attribués les noms de rues? "Ce n'est pas arbitraire et c'est même un processus assez ouvert", explique Me Delphine Krust. "Le nom de la rue doit être conforme à l'ordre public, aux bonnes moeurs (une notion qui a pour vocation d'évoluer dans le temps), et il peut être rattaché aux affaires de la ville". "Ce ne sont que des idées mais certains habitants proposaient que tous les noms des rues de la commune aient des noms de femmes par exemple", rapporte Catherine Mouli. "D'autres, encore, évoquaient l'idée de créer 'une rue des cartomanciennes', car l'une des allées aurait connu des cartomanciennes il y a des années".

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - En Colombie, une tyrolienne de 800 mètres facilite la vie à des villageois

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles