Un village à l’heure du désert numérique

Libération.fr

A Sainte-Marthe, dans l’Eure, les SMS vont à la vitesse du courrier postal, «avoir une barre» est un exploit. En attendant une sortie de cette «zone blanche», la commune tente déjà d’améliorer l’Internet fixe.

Deux jours plus tôt, Nathalie Floret a passé la journée à Deauville. Elle ne travaillait pas, il faisait beau et plutôt chaud pour un mois de mars. Alors la propriétaire du bar-tabac de Sainte-Marthe, qui fait aussi épicerie, jeux à gratter, pompe à essence et dépôt de bouteilles de gaz, a sorti la serviette de plage pour aller la poser sur le sable de la station balnéaire normande, à une heure et demie de voiture de la petite commune de l’Eure, dont elle tient le seul commerce avec son époux. «J’ai envoyé un message sur le portable de mon mari avec des photos, s’amuse-t-elle. Il ne l’a eu que le lendemain.»

A Sainte-Marthe, les SMS s’échangent à la vitesse du courrier postal. Le village fait partie des 268 «zones blanches centres-bourgs» répertoriés l’an dernier par le ministère de l’Economie (qui en a recensé 273 nouvelles depuis). C’est-à-dire qu’il n’est couvert par aucun réseau mobile. Une fracture numérique et territoriale à peine effleurée par les candidats à la présidentielle. Votée il y a un an et demi, la loi Macron - de l’ancien ministre, aujourd’hui dans la course à l’Elysée - promettait de régler la question avant la fin 2016, grâce à une enveloppe de 30 millions d’euros et le partage de la couverture des dernières poches muettes entre les quatre grands opérateurs. Mais les choses traînent. A Sainte-Marthe, il n’y a bien sûr ni la 3G et encore moins la 4G des grandes villes, qui donnent accès à l’Internet haut débit sur son portable. Mais pas davantage la 2G, qui permet seulement de passer des coups de fil et d’envoyer des textos. Ici, impossible de téléphoner avec son portable, ou presque : en certains lieux de la commune, il arrive péniblement d’y«avoir une barre», comme le dit Nathalie. Dans son commerce, on peut capter un faible signal Bouygues (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

«On m’a dit que j’étais seul. Je préfère être seul avec vous que mal accompagné.»
Hostile
Guadeloupe Quand les geeks piratent les tsunamis
Hamon impute à Mélenchon l’impossibilité de «se marier»
Mélenchon se félicite d'«horoscopes favorables» et assure qu’il «saura» gouverner

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages